Psychothérapeute – Addictologue – Gérard Yves Cathelin à Château Thierry (02) & La Ferté-sous-Jouarre (77)

Développement de l’enfant

Développement de l’enfant

Dans Psychologie

1er mois

Apparition de la vision, qui va commander les réactions oculo-céphalogyres permettant la poursuite oculaire dans les 4 directions de l’espace

6 semaines

Mimiques variés, adaptées et provoquées, qui conduisent à l’apparition du vrai sourire, dont la qualité et la charge affective sont bien plus importantes que son moment d’apparition.

  • Stade narcissique primaire, l’enfant est en état subjectif d’insatisfaction ou de quiétude en fonction des stimuli immédiats
  • Réponse à des signaux de sensibilité profonde (afférence en relation avec l’équilibre

3ème mois

Les automatismes primaires ont disparu, tout au moins pour leur grande part. La statique de la tête permet à l’enfant de maintenir sa tête dans la direction du tronc et de l’orienter vers sa source d’intérêt. Le réflexe de convergence est là et la découverte de sa main apporte à l’enfant des possibilités nouvelles : Il arrive à la maintenir dans le champ visuel et recherche des sensations de contact en approchant une main avec l’autre.

  • L’étape suivante qui s’inscrit de 3 à 6 mois, va être dominée par le bouleversement du tonus musculaire : l’hypertonie physiologique qui portait sur les muscles fléchisseurs peut subir une accentuation qui ne doit pas faire croire à une raideur globale ( elle est intensément renforcée ou l’enfant joue, pleure ou rit).Mais à 4 mois, elle s’atténue pour faire place à une véritable hypotonie entre 5 et 6 mois. Cette hypotonie touche les 4 membres et non pas l’axe corporel. Elle doit être vérifiée au niveau des angles décrits par le rapprochement main.
  • La préhension volontaire domine cet âge et le stade du sauteur est net : Lorsque l’enfant est maintenu debout sur ses pieds, il y a alternance de flexions et d’extensions des jambes sur les cuisses, car un vestige de redressement statique persiste encore alors que l’hypotonie s’est déjà installée. Ceci est transitoire et dure de l’âge de 5 mois jusqu’à 6 mois.
  • Signal de la nourriture
  • Perception visuelle de l’être humain d’abord vague puis discrimination du visage
  • Communication affective mère-enfant sur une base affective (affects de plaisirs et déplaisir
  • Réaction à la présence et à l’absence

 Vers 6 -7 mois

  • Réponses significatives à l’égard de la qualité des visages amis ou étrangers.
  • Réactions de peur

Vers 7-8 mois

L’enfant est capable de soutenir tout le poids de son corps soutenu par les poignets. La station assise apparaît et dans cette position lors des légères pulsions latérales, l’enfant réagit en étendant les bras et la main correspondante d’examen où il est assis : c’est l’aptitude statique des mains qui s’accompagne d’une autre fonction : la réaction parachutiste (extension des 2 bras, ouverture des mains) lorsque l’on incline brutalement vers la table d’examen.

Réaction d’angoisse véritable à l’absence de la mère car l’objet libidinal (- la mère) est constitué et identifié

De 8 à 10 Mois

La prise du petit objet par la pince pouce-index est une acquisition très fine. Puis apparait la station debout. Mais pour être valable l’on doit exiger une bonne synergie entre les mains et les membres inférieurs : ce qui permet le maintien de la position verticale, grâce à la prise spontanée d’un appui, à l’aide des mains.

Imitation sur la base affective des réactions avec la mère.

Lallation (balbutiement en relation avec l’objet libidinal.

Entre 10 et 14 mois

Survient l’équilibre qui, successivement, va permettre la station debout sans appui et la marche libérée.

15 mois à 2 ans

L’enfant va pouvoir courir, la propreté est diurne, l’affectivité devient élective, le début du langage et la personnalité se font jour

 

Gradients de croissance psychique les 4 premières années

12 mois

  • Instantanéité du temps
  • Discrimination du debout et allongé
  • Apparition  de « papa » et « maman ». Geste d’au revoir des marionnettes

18 mois

  • Vague notion du temps (maintenant), attente de ce qui va arriver
  • Exploration de l’espace. Notions de directions et de localisations des objets et personnes
  • Usage fréquent du « non »

24 mois

  • Notion du maintenant. Compréhension d’une succession simple sans référence au passé
  • Distinction du «  haut »  et « bas «, dehors et dedans
  • Disparition du jargon. Début des phrases de 3 mots Le vocabulaire passe de 20 mots à plusieurs centaines de mots

30 mois

  • Ordre des objets familiaux. Représentation de l’espace vers lequel se dirige l’action
  • Le langage devient utile. Langage rythmique et répétitif. Emploi du « Je » et de mots clés en rapport avec les parents (il faut, il ne faut pas)

36 mois

  • Vocabulaire d’une dizaine de mots désignant le temps (passé, présent, futur)
  • Notion du lieu de l’habitation. Orientation dans les itinéraires simples.
  • Le langage sert à commander et à obéir. Intérêt pour les nouveaux mots

42 mois

  • Notion d’une durée de situations, concept d’heure.
  • Notion de la ville et de la rue habitée. Représentation mentale des itinéraires
  • compréhension des discours d’autrui, références verbales à la mère

48 mois

  • Complication du vocabulaire portant sur les durées et intervalles de temps
  • Emploi assez exact du vocabulaire spatial. Description d’un itinéraire à suivre,
  • Déchainement verbal, questions incessantes, monologue

 

Développement sur l’axe psychologique

1 an

  • Ouverture au monde extérieur, liaison subjective avec l’objet maternel
  • Connaissance de son propre corps, distinction entre figures familières et étrangères
  • Début de la marche
  • Début du jeu manipulatif
  • Intégration des fonctions toniques et motrices dans les réflexes conditionnels, importance vers 6 mois du comportement devant le miroir
  • Réactions émotionnelles en circuit fermé (subjectivisme et symbiose avec la mère
  • Narcissisme et auto érotisme primaire, à 12 mois, c’est le stade dit oral (prégénital). Premières réactions avec le bon objet partiel maternel (sein) selon les modalités de l’incorporation de l’objet (sucer) et de sa réjection (mordre) Perceptions frustrantes et anxiogènes des mauvais objets. Première incorporation des objets dans le schéma corporel

De 2 à 4 ans

  • Primauté du Moi qui par son activité subjective conquiert le monde des objets
  • Notion de la personnalité (prénom, image dans le miroir, photographie)
  • Stade d’opposition,
  • développement considérable du langage,
  • Début de socialisation (discipline sphinctérienne)
  • Comportement d’orientation et d’investigation
  • Activités circulaires globales puis latéralisées et globalisées
  • Activité ludique progressive
  • Stade de la contradiction et de l’intérêt pour autrui
  • Indépendance progressive du Moi (emploi du « Je » «
  • Affirmation séductrice de la personnalité (grâce au jeu)
  • Acquisition du rôle d’un personnage par le jeu et l’imitation
  • Entre 2 et 3 ans c’est le stade dit sadique-anal (prégénital) avec l’objectivation de l’objet extérieur relativement au corps. Importance capitale des fonctions d’excrétion (expulsion et rétention de l’objet).Investissement par la libido et  par les pulsions agressives des objets sur le modèle de l’objet privilégié à ce stade. Le cylindre fécal, la discipline sphinctérienne d’origine parentale établit un système  primaire de contre pulsion (interdictions)
  • De 3 ans au début de la 5eme année c’est le stade phallique ou génital avec une identification du Moi  et premières relations objectales (parents).Développement du complexe d’Œdipe exigeant une acceptation du corps sexué (phallus comme sexe masculin et absence de phallus comme sexe féminin) sous-jacent l’angoisse de castration.

De 5 à 8 ans

  • Stade de l’objectivation. L’objectivation correspond à la construction du réel et à l’adaptation au cadre social familial
  • Stade de la coopération et des disciplines sociales
  • Crises avec tendances aux attitudes extrêmes
  • Affirmation et organisation du Moi
  • Intérêt pour la vie sociale
  • Constitution du Moi et de la structure de l’appareil psychique inconscient ( ça ou système instinctif et sur-moi ou système contre-pulsionnel. Organisation de ces 3 instances) Le système inconscient s’organise par son refoulement. Le Moi exerce ses fonctions de défense contre les phantasmes et d’adaptation au système de la réalité. Au cours de cette longue phase se construit en effet la pensée sociale, logique et morale qui soustrait définitivement la vie psychique au principe du plaisir pour le placer sous l’influence  du système de la réalité

De 9 à 12 ans

  • Stade du retour à la subjectivité et à la primauté du Moi
  • Eloignement du monde extérieur
  • Dénigrement et critique de tout ce qui en vient
  • Le jeune devient progressivement membre du groupe social
  • Le syncrétisme de la personne fait place à une différenciation des actes sociaux et des actes intellectuels. La pensée devient catégorielle
  • Pré puberté il y a une réactivation des tendances infantiles refoulées (pulsions génitales surtout.)
  • Réactualisation du choix objectal (identification sexuelle et choix de l’objet libidinal)
  • Problème de fixation libidinale sur le sexe opposé
  • Masturbation et homosexualité

De 13 à 15 ans

  • Différence d’évolution sexuelle
  • Chaque sexe développe sa personnalité avec un retour vers l’extérieur, autrui et constitution des valeurs culturelles et sociales
  • Puberté
  • Poussée libidinale assurant définitivement le choix de l’objet sexuel
  • Intégration du choix objectal  dans l’organisation du Moi social, intellectuel et moral

 

Travail de synthèse à partir des travaux de . SPITZ, GESELL, BULHER, WALLON , FREUD

Fait par M. CATHELIN le 7 Juin 2016

 

 

cathelin2-150x150

 

Gérard-Yves Cathelin
Psychanalyste, addictologue et psychothérapeute à Château Thierry (02) et La Ferté-sous-Jouarre (77)

 

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *