Psychothérapeute – Addictologue – Gérard Yves Cathelin à Château Thierry (02) & La Ferté-sous-Jouarre (77)

Addiction sexuelle

Addiction sexuelle

Dans Addictologie

La prévalence a l’addiction sexuelle «pornographique» concerne des sujets masculins dans 80 %  des cas  et est évaluée entre  3 et 6 % de la population.

Cette forme d’addiction montre une dépendance affective a l’autre (partenaire), partenaire qui n’est pas considérée comme autonome par le sujet addict ; ce qui pointe un Moi défaillant.

Cette addiction lutterait contre l’anaclistisme (défaut relationnel  parents‐enfants).
Le sujet addict prend appui sur sa partenaire pour exister, l’addiction pornographique sert ainsi  a maintenir un moi défaillant masqué par des éléments dépressifs et une perte de l’estime de Soi.
On trouve chez les sujets addicts des hommes impulsifs, des obsessionnels.
L’on perçoit souvent des TOC, derrière ces TOC on note de la culpabilité, des sentiments anxieux.
Les caractères associés sont des troubles du comportement alimentaire, une addiction au travail.

 

Les fantasmes qui peuvent être présent chez les sujets addicts à la pornographie  :

  • Recherche  de la souffrance ou humiliation de sa partenaire.
  • Quête de sensations intenses pouvant aller jusqu’au viol de sa partenaire.

 

Le sujet pour guérir :

  • Doit soigner sa dépression, son anxiété,
  • Suivre une thérapie,
  • Améliorer ses relations avec sa partenaire,
  • Améliorer sa propre image de Soi (défaillante),
  • Voir sa relation à son corps, au corps de sa partenaire,
  • Comprendre sa sexualité, la sexualité de sa partenaire,
  • Imaginer, Comprendre que sa partenaire est un être autonome, une femme libre,
  • Ne plus considérer sa sexualité comme primordiale, devant être assouvie a tout prix,
  • Admettre la réciprocité sexuelle, qui ne doit pas être là uniquement pour assouvir ses fantasmes.

 

Cette forme d’addiction est une anomalie du choix de l’objet (partenaire) cette anomalie peut conduire le sujet addict  a provoquer la douleur, de la provocation chez sa partenaire, des remarques envers elles que l’on appelle «  sadisme moral ».
Ce type de comportement est dû à l’échec des intégrations au niveau du développement pré-génital ( 3‐5 ans) .
C’est‐à‐dire que l’adulte  a des conduites fixées dans l’enfance.
Cette fixation infantile régressive lui sert à  lutter contre ses angoisses de séparation et ses tonalités dépressives.
Cela renvoie à l’ambivalence que le sujet a pu avoir dans les premières années de sa vie.
La recherche de l’addiction « pornographique, amène le sujet vers des systèmes primitifs de satisfaction, pour masquer son échec relationnel dans le monde adulte.
Le mécanisme essentiel est que sa partenaire doit être toujours là pour satisfaire ses désirs, il y a chez ces sujets une destruction du système Moi‐ Réalité, on  trouve chez ces hommes des caractères «  ombrageux », « susceptibles », « idéalistes », ils sont gouvernés par un « Sur Moi » inflexible.

Un comportement dit « jaloux » est à relier avec une structure psychique de type : homosexualité latente, haine du partenaire féminin (haine de la mère), fixation à l’Œdipe non dépassée.

La partenaire chez ces personnes ne peut avoir de bonheurs, ni exister sans lui, bien souvent lorsque la partenaire montre qu’elle est une femme libre et autonome, chez l’homme, il va y avoir des phases de rancunes, des réactions agressives.
Quand ces hommes disent « je t’aime», il faut entendre « Je ne t’aime pas, je te hais car tu n’es pas dépendante de moi, et tu n’assouvis pas tous mes désirs ».

Ce qui pointe une aliénation de la personne dans sa pensée, et qui falsifie les relations de son Moi face au Monde.

 

cathelin2-150x150

 

Gérard-Yves Cathelin
Psychanalyste, addictologue et psychothérapeute à Château Thierry (02) et La Ferté-sous-Jouarre (77)

    1 Comment

  1. D’un réalisme incroyable …..

    pain

    24 septembre 2016

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *